Montenegro – Guide & Itinéraires

364 vues Nico 25 avril 2019 0
Montenegro – Guide & Itinéraires

Découvrez le Montenegro en suivant l’itinéraire conseillé et testé par CameraOnBoard.


Itinéraire conseillé au Montenegro


Voir toutes les vidéos du Montenegro |

Pays des Balkans dans l’Europe du sud, le Monténégro est une destination touristique à part entière. Divers sites aux paysages de rêves attendent les touristes qui veulent découvrir le Monténégro. Avec les Bouches de Kotor, Lac Noir dans le Durmitor en passant par le Canyon de la rivière Tara, le tourisme dans le pays est un des meilleurs atouts de son économie.

 


Cliquez sur les marqueurs pour voir les articles et les vidéos associées.

Les pointeurs « photos » n’indiquent que des photos de sites remarquables, sans lien vers des articles.


Les Incontournables


Kotor

Kotor, fondée à l’époque de la République romaine, devient la concurrente commerciale de Raguse au XIVe siècle, et provoque la jalousie de Venise. La vieille ville de Kotor, entourée d’une impressionnante muraille de défense qui court sur les hauteurs, est particulièrement bien préservée et classée sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le site est assez unique et vaut le déplacement. [Voir la vidéo]

Perast

Le village de Perast est une charmante et paisible petite ville, situé sur la rive nord des Bouches de Kotor, à l’extrémité d’un cap qui sépare le golfe de Kotor du golfe de Risan. En 1420, le village passe sous la domination vénitienne, qui le conserve jusqu’à 1797. L’influence italienne se reconnaît sur les façades de ses dix-neuf palais baroques, témoins de son ancienne grandeur, et de ses dix-sept églises catholiques, et notamment de l’église Saint-Nicolas dont le clocher surplombe la place principale. La ville, à l’architecture baroque particulièrement bien préservée, est classée sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO dans l’ensemble comprenant Kotor. [Voir la vidéo]

La vieille ville de Budva

Vieille de 2 500 ans, Budva est l’une des plus anciennes localités sur la côte de la mer Adriatique. Au Moyen Âge, la ville connut une succession de régences par les souverains de Dioclée et les aristocrates serbes et de l’État de Zeta. De 1420 à 1797, la ville fut aux mains des Vénitiens. Budva, appelée Budua à cette époque, fit partie de l’Albanie vénitienne et fut fortifiée par de puissants murs pour contrer les Ottomans, comme les autres cités de cette région.La région côtière de Budva, appelée Budva Riviera, est le centre du tourisme au Monténégro, et est appréciée pour ses plages de sable, sa vie nocturne active. Elle comporte de beaux exemples d’architecture méditerranéenne médiévale. [Voir la vidéo]

Ulcinj

Ulcinj est officiellement fondée au Ve siècle avant J.C. par les Grecs, avant d’être assiégée par les Illyriens, ce qui en fait une des plus anciennes villes de la côte Adriatique. En 1571, le corsaire Uludj Ali, d’origine italienne et converti à l’Islam, s’empara de la ville. Ulcinj ne devint partie intégrante du Monténégro qu’en 1880 suite à la guerre russo-turque qui prit fin en 1870, et qui vit la victoire des Russes alliés aux Monténégrins, face aux Turcs. La ville est restée à forte majorité albanaise, ce qui lui vaut de trancher avec les autres villes côtières du Monténégro. [Voir la vidéo]

Stari Bar

Il est fait mention de Antibarium dès le Xe siècle. De nombreux souverains de la Dioclée semblent avoir résidé à Bar comme Mihailo Voislav, le premier roi de la Dioclée. De 1443 à 1571, Bar passe sous la domination de la République de Venise. Bar, connue sous le nom vénitien d’Antivari, faisait alors partie de l’Albanie vénitienne. En 1571, Bar est prise par les Ottomans qui la conservent jusqu’en 1878. La vieille ville, abandonnée, a été endommagée en 1912 par l’explosion d’un dépôt de munitions. Elle s’ouvre aujourd’hui aux visiteurs, désertée, ruinée, mais encore riche d’histoires. [Voir la vidéo]

Herceg Novi

Herceg Novi a été fondée en 1382 par le roi Tvrtko I, dit Sveti Stefan. Après la mort du roi Tvrtko, la ville passe aux mains du prince Sandal Hranicha. Durant son règne, la ville devient un important port de commerce du sel. En 1466, la République de Venise tente d’acquérir la ville, mais sans succès. En 1482,  la ville est prise par les Ottomans ; elles restent dans leurs mains durant deux siècles, en dehors des années 1538 – 1 539, lorsqu’elle est prise par les Espagnols. En 1688, les Vénitiens reprennent la ville. Herzeg Novi a su conserver un centre historique homogène, à l’abri de ses fortifications, et constitue une destination touristique de premier rang au Monténégro. [Voir la vidéo]

Sveti Stefan

Petit village fortifié construit sur un îlot, Sveti Stefan est une pure merveille. Un coin de paradis méditerranéen où lauriers-roses, pins et oliviers émergent entre les toits de tuiles des maisons de pierre rose. Il faudra vous contenter de cette image de carte postale car l’accès à l’île est réservé aux clients du luxueux complexe hôtelier qui en est le propriétaire. Installez-vous sur la plage ou partez pour une petite balade à travers bois jusqu’à Pržno, et sortez votre appareil : difficile de rater la photo.


UnescoLes sites classés par l’UNESCO


Liste indicative :



Autres lieux à voir


La route de Kotor au Lovcen

La Serpentine, qui zigzague entre Kotor et Cetinje, figure parmi les routes les plus spectaculaires du pays, avec ses vues sur les bouches de Kotor et l’Adriatique en contrebas. Certes il faut avoir le cœur bien accroché, car la voie est étroite et le précipice vertigineux, mais la vue sur les montagnes gris lavande et les eaux turquoise est inoubliable.

Rijeka Crnojevica

Lieu de prédilection de la dynastie des Petrovic-Njegoš, ce petit village posé sur les rives de la Crnojevic renferme de modestes maisons de pierre qui étaient jadis des demeures royales. Un joli pont de pierre enjambe la rivière et une promenade de marbre, d’où partent les bateaux et les kayaks à destination du lac de Skadar, la borde. Dans cette atmosphère paisible s’est installé l’un des meilleurs restaurants de poisson du Monténégro.

Le Monastère de la Moraca

On comprend que les bâtisseurs du Moyen Âge aient choisi pour construire un monastère le cadre du canyon de la Moraca, propice à l’élévation des âmes. Les grands maîtres de l’art orthodoxe ont rivalisé avec la beauté des lieux pour un résultat sublime, pratiquement inchangé depuis le XIIIe siècle, à l’exception des fresques aux couleurs un peu passées. Le sifflement des voitures qui filent sur la nationale en surplomb ne vient guère troubler la sérénité des lieux.

Mausolée de Njegoš

Au sommet de la Montagne noire (le mont Lovcen) se dresse un tombeau, gardé par deux géants de granit. Et dans ce tombeau, sous une voûte d’or, entre les ailes d’un aigle immense, repose un grand homme. Ce lieu de légende est la dernière demeure d’un héros bien réel du XIXe siècle, le vladika (prince-évêque) Pierre II Petrovic Njegoš. Le monument, sobre mais émouvant, et les statues colossales parviennent à peine à distraire le visiteur de la vue impressionnante sur les paysages du Monténégro historique.



Nature & Safaris


Il existe quatre parcs nationaux : le Durmitor (NW), la montagne Biogradska (N), le Mont Lovćen (près de Cetinje) et le lac Skadar. La chasse et la pêche y sont interdites ou réglementées.

Parc national du lac de Skadar

À cheval entre le Monténégro et l’Albanie, le plus grand lac des Balkans est une fantastique réserve d’oiseaux migrateurs. Côté monténégrin, un parc national englobe des îles-monastères, de vieux villages de pierre réputés pour leurs vins, et les méandres de la Crnojevic. Dégringolant de la montagne, la rivière serpente entre les nénuphars pour rejoindre le lac au pied de collines jumelles.

Parc national du Durmitor

On les appelle gorske oci (les “yeux de la montagne”). Dans ces 18 lacs glaciaires se mirent les superbes pics gris du massif du Durmitor. Le plus grand et le plus spectaculaire, le lac Noir, doit son aspect d’encre aux pins noirs qui l’entourent et à l’ombre géante projetée par le pic de l’Ours (Meded). Au-delà du lac Noir, aisément accessible, et de la jolie balade qui permet d’en faire le tour, les chemins de randonnée du parc vous emmèneront plus haut, plus loin.

Parc national de Biogradska Gora

Une atmosphère de grande quiétude enveloppe ce parc national à la nature sauvage niché dans les plis du massif de Bjelasica. Outre le ravissant lac de Biograd, bien des merveilles attendent le randonneur le long des sentiers qui parcourent l’une des dernières grandes forêts vierges d’Europe. Un morceau de territoire vert différent des paysages de montagnes rocheuses du reste du pays, qui se pare de ses plus belles couleurs lorsque vient l’automne.



Un peu d’Aventure


Rafting sur la Tara

Des parois hautes de 1 300 m et couvertes d’arbres enserrent le superbe canyon de la Tara. C’est lorsque l’on est sur l’eau, au fond des gorges, que la vue est la plus saisissante – cela explique en partie que le rafting  soit l’une des activités touristiques les plus prisées du pays. La descente comporte quelques rapides, mais en dehors du printemps (avril-mai), la sortie demeure assez paisible – on glisse sur des eaux cristallines à travers un paysage intact.

 


A expérimenter


 

 


Sécurité


Délinquance. Le Monténégro est un pays sûr. Cela ne dispense évidemment pas le voyageur de prendre des précautions d’usage, en évitant les marques extérieures de richesse ostentatoire, de laisser les sommes importantes d’argent dans le coffre de l’hôtel, de se garer la nuit hors parc de stationnement surveillé.

Risque sismique. Le Monténégro se situe dans une zone sismique. Le dernier séisme de forte ampleur remonte à 1979 sur la côte monténégrine (Kotor, Budva, Bar). De légères secousses telluriques sont ressenties plusieurs fois par an ; elles n’occasionnent en général aucun dégât. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, vous pouvez consulter la fiche réflexe du ministère des Affaires Etrangères.

Risque d’incendie. La sécheresse estivale est marquée par de nombreux départs d’incendies, dans des endroits souvent difficiles d’accès. Il est recommandé de prendre ce risque en considération, tant en ce qui concerne le choix du lieu de séjour qu’en ce qui concerne le choix d’un itinéraire.

L’Ambassade de France au Monténégro ne délivre pas de titres d’identité et de voyage. Elle pourra toutefois, en cas de perte ou de vol de passeport, délivrer un laissez-passer. Ce titre d’urgence permet uniquement de se rendre en France, où il sera possible de faire renouveler votre titre perdu ou volé. L’Ambassade de France en Albanie est compétente pour toutes les autres démarches administratives concernant les Français résidents ou de passage au Monténégro. Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site de l’Ambassade de France en Albanie.

Pour des informations à jour sur la sécurité au Montenegro, consultez le site du ministère des Affaires étrangères avant votre départ. En savoir plus sur le site du ministère des Affaires Etrangères.


Bon à savoir


Infrastructures routières. Le réseau routier est de qualité moyenne, mais les grands axes sont généralement très corrects. Compte tenu de la géographie, les routes sont souvent sinueuses. En montagne, après une forte pluie, la chaussée est parfois jonchée de pierres tombées des parois. Les barrières de sécurité ne sont pas toujours en bon état. Les travaux ou zones dégradées sont rarement correctement signalés. Il n’est pas rare de croiser des animaux errants (bétail) sur les routes secondaires. Sur les grands axes, la signalisation routière est toujours en caractères latins. En hiver, les routes secondaires sont souvent obstruées par la neige et les cols élevés sont fermés.

Une vigilance particulière devra être apportée à la conduite locale, les accidents de la route constituant l’une des principales causes de mortalité au Monténégro. Ils roulent vite, au milieu.

Code de la route. La vitesse est limitée à 50 km/h en agglomération, 80 km/h en dehors des agglomérations et 100 km/h sur certaines routes. Il n’est pas rare que la limitation change à plusieurs reprises sur une même section de route en raison de la nature montagneuse du terrain. Un dépassement de la limitation de vitesse de plus de 30 km/h est passible du retrait temporaire de votre permis. Il est interdit de doubler les bus scolaires lorsqu’ils sont arrêtés pour faire monter ou descendre des passagers, ou lorsque leurs clignotants sont allumés. Les véhicules s’engageant sur un rond-point ont la priorité. La signalisation routière internationale est employée. Vous êtes tenu de boucler votre ceinture (y compris à l’arrière si le véhicule en est équipé) et de rouler avec vos feux de croisement allumés (même de jour) ; le port du casque est obligatoire à moto. L’usage du siège auto n’est pas obligatoire, mais les enfants de moins de 12 ans et les adultes en état d’ébriété n’ont pas le droit de s’asseoir à l’avant. L’usage du téléphone portable est interdit au volant. Les voitures doivent être équipées de phares de rechange, d’une trousse de secours, d’un triangle et d’une veste réfléchissante.

Contrôle de police. Les contrôles de police sont fréquents, tant en ville que sur route. L’oubli d’allumer les feux de croisement, y compris le jour, les ceintures non bouclées et l’usage du téléphone portable sont réprimés.

Voiture. Conduire votre propre voiture au Monténégro ne devrait pas poser de problème, pour peu que vous ayez avec vous les papiers du véhicule à jour et une assurance en cours de validité. Si votre voiture est abîmée à votre entrée dans le pays, les gardes-frontières vous remettront un certificat qu’il vous faudra présenter en quittant le Monténégro pour prouver que les dommages n’ont pas eu lieu durant votre séjour.

Location de voiture. Rien de plus simple que de louer une voiture dans les grandes villes. Il est conseillé de vous faire délivrer un permis de conduire international avant le départ. Bien que de nombreux loueurs acceptent les permis étrangers, ce n’est pas toujours le cas de la police routière et vous risquez une amende. La plupart des grandes sociétés de location européennes sont représentées, notamment à l’aéroport, mais les sociétés locales sont souvent plus compétitives.

Taxis. Les taxis sont abondants et bon marché, mais la connaissance de langues étrangères peu fréquente.

Transports en commun. Le réseau d’autocars couvre la totalité du pays. Les véhicules sont confortables et climatisés, et rarement pleins. Les horaires et les tarifs sont généralement affichés aux arrêts de bus, mais ils ne sont pas toujours à jour. Les agents ne parlant pas l’anglais vous écriront les prix et les horaires de bus sur un bout de papier.
Il est légèrement plus avantageux d’acheter son billet à bord du bus qu’à la gare routière, mais cette dernière option vous garantit une place assise.

Réseau ferroviaire. Les chemins de fer du Monténégro (www.zpcg.me) proposent une ligne partant de Bar, au sud du pays et le traversant vers le nord jusqu’en Serbie ; Virpazar, Podgorica, Kolašin et Mojkovac sont notamment desservies le long du trajet. Une deuxième ligne relie le Nord-Ouest au départ de Podgorica, en direction de Danilovgrad et Nikšic.
Les trains sont vieux et il y fait parfois très chaud l’été, mais les prix sont bas et le parcours à travers les montagnes est spectaculaire.

Transport aérien. Il existe deux aéroports internationaux, Podgorica et Tivat, reliés à Paris par des vols directs de la compagnie aérienne Monténégro Airlines. Podgorica est, en outre, relié à Belgrade, Ljubljana, Vienne, et Charleroi. Il est également possible de se rendre au Monténégro en passant par l’aéroport de Dubrovnik (Croatie), proche de la frontière monténégrine.

Transit en ferry. Des liaisons régulières et saisonnières desservent le port de Bar depuis Bari. Un bac régulier permet de traverser les bouches de Kotor.

Cartes de crédit. Ne comptez pas trop trouver des restaurants, des magasins ou de petits hôtels acceptant la carte bleue.

Distributeurs de billets. On trouve des banques pourvues de DAB, acceptant pour la plupart les cartes Visa, MasterCard, Maestro et Cirrus, dans toutes les grandes villes. Les distributeurs ont tendance à délivrer de grosses coupures difficiles à écouler.

Pourboires. On n’attend pas que vous laissiez de pourboire, mais il est habituel d’arrondir à l’euro supérieur.

Déclaration de devises. Toute entrée ou sortie de devises d’un montant supérieur à 2000 euros est, sous peine de confiscation, soumise à déclaration et présentation du justificatif d’acquisition des devises.

Enregistrement. Il est rappelé que tout étranger se rendant en visite au Monténégro et qui est hébergé chez des particuliers doit procéder à l’enregistrement de son séjour auprès de l’Organisation du tourisme ou de l’inspecteur pour les étrangers du Commissariat de police de la commune où il séjourne, dans les 24 heures suivant son arrivée, sous peine d’une amende de 60 €.

 


Budget quotidien


Hébergement. Pour un lit en dortoir ou chambre chez un particulier comptez 10 à 15 € par personne. Une chambre simple avec salle de bains dans un hôtel de catégorie moyenne coûte environ 25 à 80 €, et une chambre double dans les 40 à 100 €. La location d’un appartement, un bon compromis, coûte de 50 à 150 €. Une chambre simple dans un hôtel haut de gamme coûte de 80 à 360 € et une chambre double de 100 à 500 €.

Alimentation. Pour une part de pizza, prévoyez environ 2 €.Un repas dans un restaurant traditionnel est compris entre 10 et 30€. Un repas gastronomique coûte de 30 à 50 €.

 


Quel temps fait-il ?


Options


Emplacement


Vous pouvez vous trouver le nom de la ville sur www.openweathermap.com.

Unités




Options d’Affichage




août 20, 2019 – mar.

Podgorica
ME
Vent
1 m/s, NO

Pression
762.07 mmHg

20°C

ciel dégagé

Humidité
73%

Nuages

Jour Cond. Temp. Vent Humidité PressionPres.
lun août 19
22°C /21°C 2 m/s, NO 54% 763.09 mmHg
mar août 20
31°C /21°C 2 m/s, SE 31% 763.84 mmHg
mer août 21
31°C /22°C 1 m/s, SE 29% 763.09 mmHg
jeu août 22
31°C /22°C 3 m/s, E 23% 764 mmHg
ven août 23
31°C /23°C 2 m/s, ENE 24% 764.65 mmHg


Quand partir ?


Haute saison : La haute saison est entre Avril et Août, pendant laquelle les températures se situent entre 18 et 31 degrés avec des précipitations maximum de 122 mm. Avec le soleil, chacun pourra profiter de la plage Miriste par exemple en Herceg Novi et se baigner dans la mer Adriatique.

Moyenne saison : La moyenne saison s’étale de Septembre à Novembre. Avec une température moyenne de 19 degrés, avec des pics à 26 degrés, le soleil sera au rendez-vous mais avec une précipitation maximum de 91 mm. C’est une bonne période pour voyager au Monténégro, avec moins de monde et des températures adaptées  à la découverte des sites touristiques.

Basse saison : La basse saison du Monténégro est comprise entre Décembre et Mars. Même si l’hiver sur place est assez doux, dans le nord, on peut avoir de la neige et des températures avoisinant le zéro. Mais dans la majorité des régions, les températures sont plus clémentes, elles tournent autour de 10 à 12 degrés.

 


Le Climat


Le climat au Monténégro est méditerranéen le long de la côte, avec des pluies abondantes de septembre à avril, et progressivement plus continental comme vous avancez à l’intérieur, où l’altitude augmente aussi, ce qui contribue à rendre le climat plus froid.
Les précipitations au Monténégro sont abondantes, en particulier dans les régions côtières et les zones collinaires et montagneuses qui regardent vers la mer. Les pluies ne sont pas très fréquentes, mais quand il pleut, il pleut beaucoup. La saison des pluies est très longue et va de septembre à avril ; parfois, les pluies sont torrentielles. Dans certaines régions du Monténégro, les précipitations atteignent les plus grandes quantités de toute l’Europe. Dans les zones intérieures et montagneuses, il faut ajouter les orages de la fin du printemps et de l’été, plus fréquents en mai et en juin. Au contraire, dans la côte et à Podgorica, au moins dans l’été il y a une pause dans la pluie, et les orages de l’après-midi sont rares.

Le long de la côte, le climat est doux mais pluvieux en automne et en hiver, tandis qu’en été il est chaud et ensoleillé, mais tempéré par les brises. L’hiver est doux, avec des températures moyennes en janvier autour de 7/8 degrés ; cependant, parfois des masses d’air froid d’origine russo-sibérienne se jettent sur la mer avec un vent ressemblant à la tramontane, qui abaisse la température mais généralement n’apporte pas de la neige, sauf dans les zones limitées où l’air froid peut pénétrer à travers les montagnes. Les bouches de Kotor (ou Cattaro) sont abritées et douces, mais dans la saison froide la température peut chuter brutalement à cause du Levanac, un vent froid venant de l’intérieur.

Dans la capitale, Podgorica, située dans les plaines, mais à une certaine distance de la mer, le climat est méditerranéen de transition, avec un hiver un peu plus froid que sur la côte (la moyenne de janvier est de 5,5 degrés), et un été très chaud, avec des journées souvent torrides, et des pluies abondantes d’octobre à mars.

A l’intérieur des terres, Nikšic, la deuxième ville du pays, se trouve à 650 mètres au-dessus du niveau de la mer et a un climat continental tempéré : les hivers sont désormais froids, avec des chutes de neige et de fortes gelées pendant les vagues de froid, tandis que les étés sont généralement agréables, avec des maximales autour de 26 degrés, bien qu’il y ait la possibilité de journées très chaudes, dans lesquelles la température dépasse les 30 degrés.

 


Gastronomie Locale


La double appartenance géographique du Monténégro, à la fois balkanique et méditerranéenne, couplée à son éventail de communautés, lui vaut une palette gastronomique assez diversifiée. Vous pouvez tenter les plats traditionnels suivants :

  • poisson grillés au feu de bois avec du romarin : spécialités du littoral, on choisit souvent soi-même parmi les prises du jour, présentées dans des vitrines réfrigérées, comme le rouget barbet (surmulet), dorade royale, pageot. Le choix est plus important en été ; on trouve alors aussi mulet, dorade coryphène, maquereau, bonite…
  • le poisson au court-bouillon : cuisiné avec des pommes de terre ou des bettes cardes
  • les poissons de roche en ragoût : sorte de bouillabaisse, avec de la polenta.
  • la carpe : cuisinée près du lac de Skadar, fumée, frite avec des oignons ou avec des pruneaux et des pommes.
  • le jambon fumé de Njegusi (au pied du Lovcen),
  • les viandes séchées, saucisses,
  • le fromage fumé
  • feuilles de chou farcies : à base de viande hachée et de riz (sarma)
  • l’agneau grillé ou cuit au lait,
  • le chevreau,
  • la potée,
  • les poivrons au kajmak,
  • les brochettes de viande
  • les abats de porc : servis accompagnés d’une salade d’aubergines.
  • les pommes de terre, la choucroute : ils viennent souvent en accompagnement.
  • la polenta (kacamak) : elle  peut constituer un plat à part entière lorsqu’elle est cuite avec de la crème fraîche (smocani kacamak).
  • l’agneau ou le chevreau fourré au poulet : originalité, à déguster avec du miel.

Les boissons :

  • les vins du pays :  parmi les rouges, conseillons le Vranac Pro Corde et, parmi les blancs, le Krstac, assez sec. L’un et l’autre sont issus des cépages locaux du même nom.
  • la bière (Niksicko) : servie très fraîche, elle n’existe pratiquement qu’en grandes bouteilles, bien meilleur marché que les bières importées.
  • le cognac monténégrin (loza) : il fait la fierté du pays, ou l’une des innombrables et puissantes eaux-de-vie de fruits. 
  • le rakije de raisin : il est offert en signe de bienvenue à tout visiteur.

 


Informations Générales


Capitale du Montenegro

Podgorica

Langue

Monténégrin

Population

667 000 d’habitants

Superficie

14 026 km²

Décalage horaire entre la France et le Montenegro

GMT +1h

Formalités d’entrée au Montenegro

Visas
Les ressortissants des pays de l’Union européenne n’ont pas besoin de visa pour les séjours inférieurs à 90 jours. Une carte nationale d’identité en cours de validité suffit pour les séjours inférieurs à 30 jours.

Adresses et numéros utiles

Ambassade de France au Montenegro
98 George Washington Blvd – 81000 Podgorica
Tel : +382 20 655 348
Tel (secondaire) : 20 655 344
Courriel : ambafrance@ambafrance.co.me
Site Web : https://me.ambafrance.org

Ambassade du Montenegro en France
5, rue de la Faisanderie – 75116 Paris
Ambassade : 01.53.63.80 30
Section consulaire : 01.53.63.80.34
Courriel : france@mfa.gov.me
Site Web : http://www.amb-montenegro.fr/

Electricité

220/230 V, 50 Hz, type F

Indicatif téléphonique de l’Arménie

+382

Santé

Il n’y a pas de maladie endémique particulière. Comme partout, il est toutefois recommandé aux voyageurs de prendre les précautions d’usage.

Monnaie

La devise nationale est l’euro (€).

 

Laissez un commentaire »

CameraOnBoard.fr : 1000 idées d'aventures et de voyages autour du monde, en vidéos. L'oeil de l'action avec les moyens du bord.