Kazakhstan – Guide & Itinéraire

1 139 vues Nico 10 juillet 2020 0
Kazakhstan – Guide & Itinéraire

Découvrez le Kazakhstan, en suivant l’itinéraire conseillé et testé par CameraOnBoard.


Itinéraire conseillé au Kazakhstan


Voir toutes les vidéos au Kazaksthan |

Le décor lunaires, les montagnes et steppes infinies du Kazakhstan sont une invitation à l’aventure, dans un pays en plein développement. Situé sur la grande steppe qui s’étend entre la mer Caspienne et la Chine, le Kazakhstan était autrefois peuplé exclusivement de nomades, avant que la Russie des tsars puis des soviétiques y implantent des villes. Cette histoire marque encore profondément les territoires, les villes, les hommes et les traditions.


Cliquez sur les marqueurs pour voir les articles et les vidéos associées.

Les pointeurs « photos » n’indiquent que des photos de sites remarquables, sans lien vers des articles.


Les Incontournables


Les pétroglyphes de Tamgaly Tash

Les environs de la gorge de Tamgaly, relativement luxuriante par rapport aux vastes et arides monts Chu-Ili, recèlent une remarquable concentration de quelque 5 000 pétroglyphes (gravures sur pierre) ; leur datation va de la seconde moitié du deuxième millénaire av. J.-C. au début du XXe siècle. Répartis en 48 ensembles avec les sites funéraires et les peuplements associés, ils témoignent de l’élevage, de l’organisation sociale et des rituels des peuplades de pasteurs. Le site est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. [Voir la vidéo]

La Dune Chantante d’Altyn Emel

La Dune Chantante est située dans le parc national d’Alty Emel, qui a été classé comme réserve mondial de biosphère par l’UNESCO. Le site ne vole cependant pas son nom : lorsque la dune est effondrée par les pas du visiteur sur sa face la plus pentue, elle émet une longue vibration étonnante et parfaitement audible. Le « chant des dunes », le nom donné au bruit ainsi émis, serait du à l’entrée en résonance des grains de sable qui la composent. Marco Polo mentionnait déjà dans ses écrits le phénomène, inquiétant pour certains, merveilleux pour d’autres : « les sables qui chantent parfois remplissent l’air avec les sons de toutes sortes d’instruments de musique, et aussi le bruit des tambours et du choc des armes« . [Voir la vidéo]

La nécropole Scythe de Besshatyr, le Stonehenge Kazakh

La nécropole de Besshatyr est le principal site ethnographique et archéologique du parc naturel Altyn Emel. Besshatyr est un lieu de sépulture des anciens dirigeants des tribus Saki Tigrahauda et de leur entourage. Datant du milieu du premier millénaire avant notre ère, il est constitué de 37 buttes avec un remblai en pierre. Les plus grands tumulus royaux atteignant 17 mètres de haut sont situés dans la partie centrale de la nécropole, qui couvre une superficie de 2 kilomètres carrés. Dans sa monumentalité et sa complexité, Besshatyr n’a pas d’analogues en Asie centrale. Le site est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, dans le groupe « Route de la Soie ». [Voir la vidéo]

Le cosmodrome de Baïkonour

Le cosmodrome de Baïkonour (en russe : Космодром Байконур ; en kazakh : Байқоңыр Космодромы) a été créé en 1956. Durant la période soviétique, le site, situé dans une région de steppe au climat extrême, était destiné à la mise au point des missiles balistiques intercontinentaux R‑7 Semiorka. Par la suite, l’activité spatiale soviétique s’y développe également, sous l’impulsion des équipes de Korolev.  Les premiers satellites artificiels soviétiques y sont mis en orbite, avant que le premier homme dans l’espace, Youri Gagarine, n’y décolle. Réservez plusieurs mois à l’avance pour voir une fusée décoller. Attention, la visite nécessite l’obtention d’un visa russe.

Les ruines de la cité historique d’Otrar

Otrar, également appelée Farab, est un site archéologique d’une ancienne ville du sud du Kazakhstan, située sur le Syr-Daria. Elle faisait partie du royaume du Khwarezm. En 1218, son gouverneur fait massacrer une caravane de marchands, présumés espions, envoyés par Gengis Khan. Ce fut le point de départ de l’invasion sanglante menée en 1220-1222 par les armées mongoles en Asie centrale et qui, après Otrar, dévasta Boukhara, Samarcande, Merv et bien d’autres villes de la région. En 1405, Tamerlan y mourut, alors qu’il partait en campagne contre la Chine des Ming. Le site fait partie de la liste indicative au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le mausolée de Khodja à Turkestan

Turkestan, connu sous le nom de Yasy, était un important centre religieux et commercial. Au XIIe siècle, un sage et érudit musulman, Khodja Ahmad Yasawi vient y vivre et y meurt vers 1166. Son mausolée, construit au XIVe siècle par Tamerlan, constituerait le plus beau monument du Kazakhstan, ainsi que son principal site de pèlerinage. Fondateur de l’ordre soufi de Yasawia, Khodja communiquait son savoir aux gens ordinaires à travers des poèmes et des sermons dans la langue locale, ce qui lui valut une grande et durable popularité.


UnescoLes sites classés par l’UNESCO


Liste indicative :



Autres lieux à voir


Le désert de Manguistaou

Les déserts rocheux de la région de Manguistaou s’étendent sur 400 km, d’Aktaou jusqu’à la frontière de l’Ouzbékistan. Ce labyrinthe de canyons spectaculaires était situé sur une voie mineure de la route de la Soie ; des mosquées souterraines et d’antiques nécropoles commencent tout juste à être explorées par les archéologues. Pour y accéder, il est nécessaire de recourir à un chauffeur avec 4×4.

Le Canyon Charyn

Le Charyn Canyon est ce que l’on peut appelle une merveille naturelle. L’érosion a creusé la roche pendant trois millions d’années, pour former ce canyon qui peut faire concurrence au Grand Canyon Américain. Situé dans le Parc naturel de Charyn à environ trois heures de route de Almaty, l’immersion dans cet ensemble de sculptures naturelles vaut le déplacement.

Les montages de l’Altaï

À l’extrémité nord-est du Kazakhstan les magnifiques montagnes de l’Altaï s’étendent par-delà les frontières en Russie, en Chine et, à seulement 50 km de là, en Mongolie. Vous y verrez des sommets couverts de neige, des collines boisées, des glaciers, des rivières et des lacs cristallins, des sites archéologiques et des villages, encore traversés par des cavaliers kazakhs. Des légendes asiatiques considèrent que le mont Beloukha, haut de 4 506 m, serait le Shambhala (“lieu du Bonheur paisible”), le royaume mythique du bouddhisme tibétain. Attention, pour y accéder, vous devez obtenir un permis frontalier obligatoire pour explorer la région au-delà du village d’Uryl.

L’ancienne capitale Almaty

Almaty est considérée comme l’une des plus intéressantes créations russes en Asie centrale. La ville compte des immeubles modernes, de nombreux parcs, des musées, des magasins et marchés, un choix important de restaurants gastronomiques et une forte activité nocturne. En outre, on peut pratiquer la randonnée et le ski dans les massifs et montagnes qui se dressent dans sa périphérie immédiate.

Le site archéologique de Sauyskankyk

Le site de Sauyskankyk forme un complexe culturel important, composé de sites archéologiques différents tels que des nécropoles, des pétroglyphes ou des gravures rupestres, des temples, qui présentent les mêmes caractéristiques territoriales et fonctionnelles, et qui sont liés à différents aspects de la vie sociale et culturelle des communautés locales de l’Âge du Bronze au début du XXe siècle. Le site est inscrit sur la liste indicative de l’UNESCO.

Astana, la Dubaï des Steppes

Lorsque le président Nazarbaev a décidé en 1994 d’en faire la future capitale du pays, Astana était une ville provinciale, connue pour ses hivers rigoureux. Elle a remplacé Almaty en 1997. La nouvelle capitale qui a poussé comme un champignon dans la steppe du Nord doit encore s’étendre pour devenir une agglomération de plus d’un million d’habitants d’ici à 2030. D’année en année, d’impressionnants nouveaux édifices, souvent dessinés par des architectes internationaux de renom, façonnent un paysage urbain mêlant les styles asiatique, occidental, soviétique et futuriste plus ou moins extravagants. Certains surnomment Astana la “Dubaï des steppes”.

Le site sanctuaire et cultuel turc de Merke

La culture matérielle et spirituelle des peuples nomades Turcs est incarnée dans les complexes funéraires et rituels de leurs sanctuaires. On les trouve partout dans les steppes de l’Eurasie, le long des voies de diffusion de l’ethnie turcique. Le sanctuaire de Merke, situé à 3000 m au-dessus du niveau de la mer, en raison de son accessibilité difficile, est un des rares sites bien préservé. Il compte plus de 170 petits « temples », composés d’édicules voûtés, de clôtures funéraires vides et de stèles anthropomorphes (balbal), répartis sur une superficie de 250 km² de plateaux montagneux, définissant un espace pour les sépultures, culte et cérémonies rituelles. Les vestiges représentent toutes les étapes de l’histoire des Turcs, des origines aux formes classiques de l’époque du Turc Khaganat. Le site est inscrit sur la liste indicative de l’UNESCO.

Les sites archéologiques de la culture Begazy Dandybai dans le centre du pays

Les sites archéologiques de la culture Begazy-Dandybai, datés du XIIIe au VIIIe siècle av. J.-C., sont situés dans les  vallées montagneuses du Kazakhstan central. Ils se composent de nécropoles, de menhirs, de colonies de peuplement, d’anciennes mines et des fonderies. On peut encore observés des mausolées mégalithiques monumentaux, ou des vestiges de villages. Du fait de son emplacement assez isolé dans une région montagneuse fertile entourée de steppes sèches, la culture Begazy-Dandybai a acquis des caractères très spécifiques; c’était certainement le centre de formation originel, sur le même territoire, de la culture pastorale nomade suivante de Tasmola et du lien historique entre les cultures d’Andronovo et de Sakas. Les sites sont inscrits sur la liste indicative de l’UNESCO.


Les Safaris


Le parc naturel d’Altyn Emel

Le parc national Altyn-Emel occupe une superficie de plus de 4600 kilomètres carrés. Le parc a été créé en 1996 dans la vallée de la rivière Ili. Il a été reconnu réserve de biosphère par l’UNESCO en juin 2017. Le parc englobe divers paysages, des montagnes au désert de sable, avec un terrain rocheux. Le parc compte plus de 600 espèces florales, dont 29 sont endémiques. Les mammifères dans le parc comprennent le très rare  léopard des neiges, la loutre d’Asie centrale, la martre des marais, le cerf de Boukhara, la gerboise, l’aigle royal, le cheval de Przewalski, l’hémione, ou des antilopes Saïga. Le site est inscrit sur la liste indicative de l’UNESCO. [Voir la vidéo]

La réserve naturelle d’Aksu-Zhabagyly

Ces 1 319 km2 de vallées, de rivières, de sommets enneigés et de glaciers touchant les frontières kirghize et ouzbèke, forment la plus ancienne réserve naturelle du Kazakhstan, créée en 1926. Les tulipes sauvages de Grieg, d’un rouge franc qui ponctuent les prairies alpines en avril et mai, font partie des 1 312 espèces de plantes à fleurs recensées ici. Vous verrez peut-être également des bouquetins, des argalis, des marmottes à longue queue, des tchitrecs de paradis, des aigles royaux et des 90 ours bruns des Tien Shan, et peut-être un des 8 léopards des neiges qui y vivent aussi. On peut la visiter toute l’année mais c’est d’avril à septembre que le temps est le plus favorable. Le site est inscrit sur la liste indicative de l’UNESCO.



Un peu d’Aventure


Equitation

Montagne ou steppe, parc national ou réserve naturelle, de nombreux sites se prêtent à la randonnée à cheval. Au sud et au sud-est, des randonnées sont possibles dans la chaîne du Zailiysky Alataou proche d’Almaty et près des lacs de Köl-Say, ainsi que dans la réserve naturelle d’Aksou-Jabagly et le parc national de Saïram-Ugam.

Trekking

La chaîne d’Alatau dzoungare, à l’est du Kazakhstan, et les montagnes de l’Altaï, au nord-est du pays, sont très propices au trekking et à l’alpinisme, de même que les chaînes du Zailiysky Alatau et des Küngey, au sud d’Almaty. Le moyen le plus sûr pour faire du trekking est de passer par une agence spécialisée et de partir avec un guide. La meilleure période pour le trekking se situe entre juin et septembre.

Il est conseillé aux randonneurs d’emporter leur propre matériel, car il est difficile de s’équiper dans le pays.

Alpinisme

De juillet à août, le Beloukha dans l’Altaï, le Khan Tengri et d’autres pics des Tian Shan offrent de superbes défis aux amateurs d’alpinisme.

Ski Alpin / Ski héliporté

Les skieurs et les snowboarders profitent des meilleures infrastructures d’Asie centrale dans la station moderne de Shymbulak, à proximité d’Almaty. La station, qui a été entièrement rénovée lors de la candidature d’Almaty aux Jeux Olympiques d’hiver, offre de nombreuses pistes pour tous les niveaux, et une grande patinoire.

Au sud d’Almaty, Chimbulak est la station de ski de descente la plus connue de l’Asie centrale. Les deux mois de la saison de ski les plus prisés sont janvier et février, mais la saison dure de novembre à avril. Les nouvelles stations d’Ak-Bulak et de Tabagan (www.tabagan.kz), près de Talgar, à 1 heure 30 d’Almaty, disposent de bonnes installations. Comptez environ 60 $US/jour pour le forfait et la location d’équipement.

Presque toutes les agences de voyages spécialisées dans le sport organisent des sessions de ski héliporté : les skieurs sont transportés sur les plus hauts sommets dans de vieux hélicoptères d’Aeroflot.

Rafting

Des sorties en rafting ou en canoë sur des rivières isolées peuvent être organisées auprès de plusieurs agences de voyages. Les adeptes du rafting pourront descendre la Tchilik ou l’Ili près d’Almaty et plusieurs rivières aux environs d’Oust-Kamenogorsk.


A expérimenter


Sports de lutte

La lutte, ou kurash, est très populaire en Asie centrale. Depuis 2008, un festival de lutte traditionnelle se tient à Almaty. Les passionnés trouveront sur ce site toutes les informations nécessaires sur les compétitions et les possibilités d’y assister : wrestling.kz


Sécurité


Délinquance. La délinquance dans le centre des grandes villes comme Astana, Almaty, ou Chymkent, est rare. De nombreuses caméras de surveillance sont implantées dans les rues et la police locale est très présente sous forme de patrouilles pédestres et motorisées.

Menace terroriste. La menace terroriste, bien que faible envers les ressortissants français, ne peut être écartée, seon le ministère des Affaires Etrangères. Des groupuscules terroristes sont implantés localement, notamment dans le sud du pays, à proximité du Kirghizistan et de l’Ouzbékistan. Pour autant, la situation quotidienne est très saine et sans réel danger.

Risque sismique. Rasée à deux reprises au cours du siècle dernier, la ville d’Almaty est sujette à de forts risques sismiques. Les secousses de petite et moyenne intensités sont fréquentes dans toute la région allant de l’ouest de la Chine à l’Ouzbékistan, en passant par le Kirghizstan et le Tadjikistan.

Zones formellement déconseillées. A la suite de multiples expériences nucléaires soviétiques menées dans la région, la zone au sud de Kourtchatov et de Semipalatinsk présente un taux de radioactivité particulièrement élevé. Il est formellement déconseillé de s’y rendre.

Pour des informations à jour sur la sécurité au Kazakhstan, consultez le site du ministère des Affaires étrangères avant votre départ. En savoir plus sur le site du ministère des Affaires Etrangères.


Bon à savoir


Infrastructures routière. Les routes ne sont pas toujours entretenues, parfois mal balisées et peu éclairées. La signalisation manque souvent de clarté. Le Kazakhstan a réalisé d’importants travaux de modernisation des axes entre les principales villes. Le contraste entre ces toutes nouvelles routes et les axes secondaires, souvent très détériorés, est notable.

ConseilProEn cas de déplacement en dehors des villes, il est conseillé de prévoir un bidon de carburant, surtout l’hiver où les températures peuvent avoisiner les -40°C, car les villes peuvent être très éloignées les unes des autres et les stations-services sont rares dans les régions rurales.

Code de la route. Les permis français et international sont reconnus pour conduire au Kazakhstan. Les passages piétons, bien que mal éclairés, sont respectés par les automobilistes. Les automobilistes doivent s’arrêter dès qu’un piéton s’est engagé sur la chaussée. La vitesse autorisée est, en général, de 120 km/h sur les autoroutes et de 70 km/h sur les routes de campagne. Il convient de respecter les panneaux de limitation de vitesse qui correspondent souvent à un danger réel (déformations dangereuses de la chaussée, nids-de-poule). Il est recommandé d’assurer le véhicule auprès d’un assureur local.

Contrôles de police. De nombreux radars surveillant la vitesse et l’arrêt aux feux tricolores sont implantés un peu partout en ville, tant à Astana qu’à Almaty. La «tolérance zéro» est appliquée au Kazakhstan pour conduite sous emprise d’alcool : toute trace de présence d’alcool dans le sang peut conduire à la confiscation du véhicule.

Location de voiture. Si vous souhaitez gagner du temps ou sortir des sentiers battus, il vous faudra soit louer une voiture, ce qui est possible dans les grandes villes du pays avec des enseignes internationales comme Europcar ou Rent a Car.

Transports en commun. Il est déconseillé d’utiliser les moyens de transport collectifs, ceux-ci étant vétustes et peu sûrs. Il est recommandé de privilégier l’usage de taxis officiels, les «taxis sauvages» présentant un risque d’agression et d’escroquerie.

Réseau ferroviaire. Le réseau ferroviaire est en bon état mais lent et peu sûr, avec des risques de vols et d’agression notamment. En cas de déplacement en train, il convient de privilégier un compartiment fermant à clé.

Transport aérien. Plus aucune compagnie aérienne kazakhe ne figure sur la liste des compagnies interdites par l’Union européenne. Toutefois, il reste recommandé de privilégier l’usage d’Air Astana, qui dispose d’une flotte neuve, pour les vols domestiques.

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé. Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois élevés à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France à Astana ou le consulat général de France à Almaty.

Eau du robinet. L’eau du robinet n’est pas potable. Il faut donc systématiquement acheter de l’eau en bouteille. Méfiez-vous également des glaçons.

Cartes de crédit. Les cartes de crédit sont de plus en plus utilisées, et l’on trouve aisément des distributeurs de billets. Attention, les transactions par carte sont souvent payantes ; il est donc préférable de payer en liquide.

Distributeurs de billets. On trouve partout des DAB dans les banques, centres commerciaux, supermarchés, hôtels, gares ferroviaires et autres. On les repère aux enseignes “Bankomat”. La plupart acceptent au moins les cartes Maestro, Cirrus, Visa et MasterCard. On trouve les trouves également dans les banques, centres commerciaux, supermarchés, hôtels, gares ferroviaires et autres.

Bureaux de change. Signalés par “Obmen Valyuty”, ils sont fréquents dans les villes.

Prix & Marchandage. Les prix dans les magasins sont fixes, mais il est bienvenu de marchander sur les marchés.

Pourboire. La pratique devient de plus en plus courante. La plupart des cafés et restaurants d’Almaty ou d’Astana ajoutent un service de 10% à la note ou s’attendent à ce que vous l’arrondissiez à l’unité supérieure. La somme n’allant pas toujours au personnel, laissez un peu plus si vous souhaitez récompenser un serveur particulièrement attentif.

Exportation de caviar. Une loi sur les espèces protégées au Kazakhstan interdit la vente et l’exportation d’animaux et de produits dérivés par toute personne non mandatée par l’État. Ainsi, il est notamment interdit d’exporter du caviar d’esturgeon originaire du Kazakhstan. Les contrevenants s’exposent à de lourdes amendes ou une peine d’emprisonnement.


Budget quotidien


Le Kazakhstan est le plus cher de tous les pays d’Asie centrale. Les voyageurs à petits budgets doivent compter l’équivalent de 20 à 40 euros pas jour et par personne, s’ils se déplacent en bus ou en train et s’ils choisissent les hôtels et les restaurants les plus modestes.

ConseilProPour réduire les dépenses, achetez votre nourriture dans les marchés, logez chez l’habitant, évitez de prendre les taxis et de vous rendre dans les grandes villes. Si vous logez dans un hôtel touristique, votre budget montera sensiblement, et si vous louez une voiture, ou achetez du chocolat, vos finances seront mises à mal.

L’absence d’un réseau de logement chez l’habitant oblige les voyageurs à se contenter des hôtels, souvent sans charme et peu confortables. Il faut donc se diriger vers les établissements assez haut de gamme, très chers, où vers les hôtels de l’époque soviétique, rénovés, souvent surévalués.

Avant de vous engager, négociez ! Les hôtels d’époque soviétique ont été rénovés avec plus ou moins de succès. Le petit déjeuner n’est pas systématiquement compris dans le prix de la chambre, et de nombreux établissements bon marché n’en proposent même pas. Tâchez de négocier en fonction du nombre de nuits que vous passerez et dans tous les cas, visitez plusieurs chambres.

Hébergement. L’hébergement coûte environ 2 000 à 2 500T dans les grandes villes, pour dormir dans une auberge de jeunesse en dortoir. A partir de 12 000T (environ 30€), vous trouverez des hôtels de la période soviétique, non rénovés, avec sanitaires communs et sans eau chaude. Il faut compter de 10 000T à 20 000T pour dormir dans une chambre double dans un hôtel confortable. Comptez environ 25 000T (environ 65€) pour loger dans un hôtel soviétique bien rénové. Un hôtel haut de gamme coûte plus de 45 000T (120€).

Alimentation. Pour la nourriture, un en-cas acheté dans la rue compte environ 50 à 150T. Un budget moyen se trouve entre 1 000T et 3 000T (8€), pour déjeuner dans une gargote. Pour un restaurant kazakh ou russe correct, où vous pourrez commander soupe, salade et plat chaud, comptez environ 4 000T (10,5€). Un très bon restaurant coûte au moins 6 500T (17€).

Location de voiture avec chauffeur. La location de voiture avec chauffeur coûte de 80 à 120 € par jour selon le type de véhicule.


Quel temps fait-il ?


Options


Emplacement


Vous pouvez vous trouver le nom de la ville sur www.openweathermap.com.

Unités




Options d’Affichage




sept. 23, 2020 – mer.

Almaty
KZ
Vent
1 m/s, SSE

Pression
762.07 mmHg

11°C

partiellement nuageux

Humidité
66%

Nuages
40%

Jour Cond. Temp. Vent Humidité PressionPres.
mer sept 23
17°C /11°C 3 m/s, N 35% 764.32 mmHg
jeu sept 24
19°C /15°C 3 m/s, NNE 27% 762.82 mmHg
ven sept 25
16°C /10°C 3 m/s, NNO 38% 762.82 mmHg
sam sept 26
13°C /9°C 3 m/s, N 38% 761.31 mmHg
dim sept 27
12°C /10°C 3 m/s, NO 41% 759.81 mmHg


Quand partir ?


Haute saison : la haute saison se situe entre mai et septembre. Les températures sont très agréables, aux alentours d’une vingtaine de degrés et les précipitations sont raisonnables. Cette période est particulièrement appréciée par les randonneurs, les températures sont parfaites pour partir dans les montagnes du sud et de l’est.

Moyenne saison : la moyenne saison englobe les mois de mars, avril et octobre. À cette époque, les températures sont encore clémentes et le ciel est le plus souvent dégagé. On ne note pas de fortes précipitations ce qui permet aux visiteurs de profiter des visites culturelles, des sorties dans les steppes et des randonnées. Néanmoins, il faut préciser que les randonnées sont un peu moins aisées durant cette moyenne saison.

Basse saison : la basse saison s’étend des mois de novembre à février. Durant cette période, les visiteurs sont moins nombreux, en particulier pour les randonnées qui deviennent vraiment compliquées. Néanmoins, on notera un engouement pour la pratique des sports d’hiver, qui attirent des touristes des pays limitrophes.


Le Climat


Si la météo du Kazakhstan est soumise à un climat continental, de grandes différences sont à signaler entre le nord et le sud. Au nord, le Kazakhstan connaît des températures élevées en été, mais qui descendent jusqu’à – 40 °C en hiver. Au sud, l’hiver est plus clément, mais les étés peuvent être étouffants.

Le climat d’Astana est particulièrement rude, tandis qu’à Almaty, les étés sont chauds et souvent arrosés par de violents orages. En été, le climat est très chaud, et les températures peuvent atteindre 40°C dans la journée pour redescendre en dessous des 20°C la nuit. Dès novembre, la neige se met à tomber, et les montagnes restent enneigées jusqu’aux mois d’avril et mai. Les hivers sont extrêmement froids, même dans le désert. Le niveau des précipitations annuelles varie de moins de 100 mm par an dans le désert à 1 500 mm dans les massifs montagneux. Dans les steppes, la majeure partie des précipitations estivales prennent la forme de violents orages qui provoquent généralement des crues subites locales. L’hiver, la steppe est soumise à un froid sec et d’autant plus coupant que le vent du nord souffle fort. À l’ouest du pays, la mer Caspienne vient tempérer quelque peu les écarts de température, situation comparable sur le lac Balkach. Les moustiques sont un véritable calvaire sur les rives.


Gastronomie Locale


La gastronomie kazakhe est l’héritière de la culture nomade du pays : on mange beaucoup de viande et peu de légumes. L’influence russe est également très présente. Vous pouvez goûter les plats suivants :

  • le plov : plat national, composé de riz sauté agrémenté de viande de moutons et de carottes, avec de nombreuses variantes locales, très répandu en Asie Centrale. Principalement servi au déjeuner.
  • le beshbarmak : viande de cheval accompagnée de pommes de terre, d’oignons et de pâtes. Principalement servi au déjeuner.
  • Les shashlyk : brochettes composées de quatre morceaux de viande et deux de gras. Les viandes sont le mouton, le bœuf ou le poulet, que l’on trouve dans tous les restaurants kazakhes.
  • les kebabs : viande hachée, grillée en brochette et servie avec des oignons et du vinaigre, constantes de tous les restaurants kazakhes.
  • Les salades : en général, vous pourrez commander à côté des plats de viandes des salades de crudités.
  • La salade achyk chuchuk : salade d’oignons, concombres et tomates, la plus courante.
  • Les pilmenis : gros raviolis en soupe d’origine russe.

En termes de boisson et alcools, vous trouverez :

  • Le thé  : boisson nationale, comme dans l’ensemble de l’Asie centrale. La plupart du temps, dans les restaurants ou dans les hôtels, vous aurez le choix entre thé noir et thé vert.
  • La vodka : importée par les Russes, elle est devenue un incontournable de tous les repas de fête (mariage, anniversaire ou simple réception d’un étranger…).
  • Le koumiss : lait de jument fermenté dont le degré d’alcool varie en fonction du nombre de jours de fermentation, boisson prisée des populations nomades.
  • Le shoubat : identique au koumiss mais fabriqué avec du lait de chamelle.

Informations Générales


Capitale

Astana

Langue

Kazakh, russe

Population

15,4 millions d’habitants

Superficie

2 717 300 km²

Décalage horaire

Deux fuseaux horaires divisent le pays. GMT/UTC +5h (ouest) et +6h (centre et est)

Formalités d’entrée

Les conditions d’obtention d’un visa pour le Kazakhstan changent régulièrement, il est donc indispensable de se renseigner auprès de l’ambassade avant le départ.Depuis le 1er janvier 2017, les ressortissants français munis d’un passeport valide pour une période d’au moins trois mois après la date de retour prévue sont exemptés de visa pour tout séjour au Kazakhstan de moins de trente jours. L’enregistrement est effectué au passage de la frontière par l’apposition de deux tampons sur la carte de migration, qui doit être impérativement conservée jusqu’à la sortie du territoire. Tout séjour d’une durée supérieure à 30 jours reste soumis à l’obtention d’un visa. L’entrée et la sortie du territoire comptent comme jours de séjour, peu importe l’heure d’arrivée ou de départ. Les dépassements de séjour sont sévèrement punis au Kazakhstan. Les contrevenants s’exposent à de lourdes amendes, voire à des peines d’emprisonnement.
La liste des documents nécessaires à la délivrance de visas est disponible sur le site Internet de l’Ambassade de la République du Kazakhstan en France.

Adresses et numéros utiles

Ambassade de France au Kazakhstan
62, rue Kosmonavtov – Immeuble Renco – 4e étage Micro district Tchoubary, Astana
Tel : +7 7172 795 100
Tel (urgences) : +7 777 396 03 20
Fax : +7 7172 795 101
Courriel : admin-francais.astana-amba@diplomatie.gouv.fr

Ambassade du Kazakhstan en France
59, rue Pierre Charron – 75008 Paris
Tel : 01.45.61.52.00
Courriel : info@amb-kazakhstan.fr
Site Web : http://www.amb-kazakhstan.fr

Electricité

230 V, 50 Hz, type C/F

Téléphone

+7

Santé

Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées ; assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles (DTP). 

Monnaie

La monnaie nationale est le Tenge (KZT). Les prix généralement indiqués dans la monnaie nationale, le tenge (T), mais parfois aussi en $US ou en € euros. Dansles hôtels, vous pouvez généralement payer dans ces différentes devises.

Laissez un commentaire »

CameraOnBoard.fr : 1000 idées d'aventures et de voyages autour du monde, en vidéos. L'oeil de l'action avec les moyens du bord.