#583 : Voir la morne plaine de Waterloo

680 vues Nico 9 mai 2020 0
#583 : Voir la morne plaine de Waterloo

Idée #583 – Visiter le site de la bataille de Waterloo


La bataille de Waterloo a eu lieu le 18 juin 1815, non loin du lieu-dit Mont-Saint-Jean, à cheval sur trois localités : Waterloo, Braine-l’Alleud et Plancenoit. Le nom de la bataille est dû au duc de Wellington, qui avait installé son quartier général à Waterloo, d’où il rédigea son communiqué de victoire.

Rentré de l’île d’Elbe au début de mars 1815, Napoléon est aussitôt mis hors la loi par le Congrès de Vienne. L’Angleterre, la Prusse, la Russie et l’Autriche s’engagent à marcher contre lui. Fidèle à sa tactique, il veut gagner l’ennemi de vitesse et manœuvrer en position centrale. Avant d’affronter l’armée russe et l’armée autrichienne restées sur le Rhin, il se porte donc, à marches forcées, entre l’armée anglo-hollandaise, forte de 100 000 hommes, sous les ordres de Wellington, concentrée vers Bruxelles, et l‘armée prussienne, comptant 115 000 hommes sous le commandement de Blücher, regroupée vers Namur. Il compte les battre séparément avec son armée de 120 000 hommes, qui comprend la garde impériale, cinq corps d’armée et une réserve de cavalerie. Cette armée, formée hâtivement de vieux soldats et de volontaires, a un moral ardent mais des nerfs fragiles ; son encadrement ne vaut pas celui de naguère. Le 16 juin, Blücher est battu à Ligny, mais il réussit à échapper à Grouchy. Le 17, Wellington s’installe défensivement au sud de Waterloo, en s’adossant si dangereusement à la forêt de Soignes que Napoléon décide de l’y attaquer dès le lendemain. Le dimanche 18, les troupes françaises multiplient les assauts meurtriers, sous les ordres de Ney, sans parvenir à rompre l’infanterie de Wellington. Au moment décisif, alors que Napoléon espérait voir déboucher Grouchy sur sa droite, Blücher fait irruption sur le champ de bataille, prenant à revers l’armée française qui fuit en déroute. Protégé par le dernier carré du 1er grenadiers, Napoléon se replie en France. Il abdiquera peu après cette foudroyante défaite.

Sur le site de la bataille, la « morne plaine » selon l’expression célèbre de Victor Hugo, qui s’étend à quelque cinq kilomètres au sud du centre de Waterloo, se trouve La Butte du Lion, une butte artificielle haute de 40 mètres au sommet de laquelle trône un lion en fonte de 4,5 tonnes. Un escalier de 226 marches permet aux visiteurs d’accéder à une terrasse qui offre une vue panoramique de 360 degrés sur la campagne brabançonne. Ce monument imposant célèbre l’endroit où le prince d’Orange fut blessé et recouvre un ossuaire. Le pilier supportant le lion serait constitué, dit-on, des armes de la bataille que l’on aurait fondues. Tous les ans a lieu, à la date anniversaire du 18 juin, une reconstitution en armes de la bataille au pied de la butte. Allez, on a perdu, et on ne sera pas bon joueur, na !


video


C’est où ?


Waterloo, Braine-l’Alleud, Belgique

Laissez un commentaire »

CameraOnBoard.fr : 1000 idées d'aventures et de voyages autour du monde, en vidéos. L'oeil de l'action avec les moyens du bord.