Otaries & Phoques – Itinéraire

185 vues Nico 5 octobre 2017 0
Otaries & Phoques – Itinéraire

Suivez la piste des Phoques & des Otaries dans le monde, en suivant l’itinéraire conseillé et testé par CameraOnBoard.


Itinéraire conseillé sur le thème « Phoques & Otaries« 


Voir toutes les vidéos de Phoques & Otaries |

Une tête, une truffe, des moustaches qui sortent de l’eau… Mais qui sont donc ces adorables animaux qui nagent et bondissent hors de l’eau comme personne ? Partez à la découverte des phoques et otaries à travers le monde.

La vidéo de Teasing CoB « Phoques & Otaries« 


Découvrez la vidéo exclusive « Phoques & Otaries » de CameraOnBoard. Vous aimez ? Visionnez les autres thèmes disponibles ! [Toutes les vidéos sont de l’Auteur]


Les Meilleurs Spots « Otaries & Phoques« 


Les phoques gris et otaries en Ecosse

L’Ecosse est sans doute l’endroit le plus propice à l’observation des phoques gris d’Atlantique. Leur nombre et leur répartition régulière sur les belles étendues côtières écossaises les rendent faciles à observer. Les phoques gris adultes ont d’assez longues têtes et en profil le ‘nez aquilin’ qui contraste avec la physionomie du phoque commun qui ressemble plus à celle du chien. Les phoques gris sont curieux des hommes et, au large, vous en repèrerez peut-être en train de vous observer. Parmi les meilleurs spots, citons l’île de Skye dans les Hébrides, où vous pourrez également entrevoir des otaries, et la célèbre falaise de John O’Groat, tout au Nord de l’Ecosse.

Les phoques du Groenland au Svalbard & dans les zones arctiques

Si il est possible d’observer des phoques dans mers tempérées, il est courant de les rencontrer dans des environnements bien plus extrêmes. Au Spitzberg, au-delà du cercle arctique, au milieu des icebergs, il est courant d’observer le phoque du Groenland. Ce phoque, de petite taille, mesure en moyenne 1,60 m pour un poids de 130 kg avec une face de couleur noire chez l’adulte. A bord d’un kayak de mer, équipé d’une combinaison GoreTex, laissez-vous approcher par ces sympathiques mammifères. Attention aux ours, tout de même.

Les phoques veaux Marins de la baie des Phoques dans la Somme

L’embouchure de la Somme est un site de choix pour approcher des phoques Veaux Marins : profitant du courant du fleuve à marée basse, vous serez ramenés à bon port par la marée montante. Au passage, vous pourrez observer le mascaret (la première vague de la marée montante, extrêmement rapide) et croiser des phoques veaux marins, qui ont élu domicile dans la baie éponyme.

Les otaries de Californie de la Mer de Cortez

L’Otarie de Californie (Zalophus californianus), aussi appelée Lion de mer de Californie est une grosse otarie présente depuis Los Islotes, deux îlots rocheux situés à 1h30 de La Paz au Mexique, jusqu’à l’archipel de Channel Islands, au large de Los Angeles. Cette espèce occupe aussi des lieux de repos sur les rivages du Pacifique jusqu’en Oregon et en Colombie britannique, particulièrement en automne et en hiver lorsque les mâles adultes et pré-adultes se déplacent vers le nord. En 2015, on estimait la population globale à plus de 380 000 individus, ce qui permet de dire que cette espèce n’est pas en danger. A Los Islotes, la population locale est estimée à environ 350 individus, qu’il est possible de rencontrer lors de plongée mythiques.

Les otaries à fourrure de Cape Cross en Namibie

Le courant de Benguela venant de l’Antarctique, riche en plancton, maintient un climat frais toute l’année dans la zone côtière namibienne, et permet à de nombreuses espèces de poissons de se reproduire. Le site abrite en conséquence l’une des plus importantes colonies d’otaries à fourrure de Namibie, atteignant les 100 00 individus. Détail assez glauque, le massacre des otaries est autorisé par le gouvernement namibien de juillet à septembre, les jeunes otaries à fourrure étant égorgées et dépecées sur les plages. En 2012, 91 000 otaries ont ainsi été massacrées sur l’ensemble des côtes namibiennes – N’hésitez à pas à soutenir les associations de protection des animaux pour lutter contre ses pratiques.

Les phoques gris de l’archipel de Molène et des Sept Iles

L’archipel de Molène et l’archipel des Sept-Îles sont les deux seuls sites Français où se reproduisent régulièrement les phoques gris. La multitude et la disposition de ces îlots, protégés comme réserves, les phénomènes de marée et les obstacles naturels constituent en fait l’endroit idéal pour ces mammifères. Équipé de combinaison semi-étanches, il est possible de les rencontrer lors de sortie aquatique en snorkeling et de les approcher.

Les phoques d’Islande

L’Islande abriterait quelque 50 000 phoques, répartis en sept espèces différentes. Les plus faciles à approcher en liberté sont les phoques gris. Des colonies ont d’ailleurs élu domicile sur la péninsule de Snaefellsness, à l’ouest de l’île, ainsi que sur les côtes d’Höfn, au sud.

Les phoques annelés du lac Saimaa Finlande

Limitée au Saimaa, cette espèce rarissime de phoque d’eau douce s’est adaptée à son environnement d’eaux intérieures depuis la fin de l’âge glaciaire : à l’époque, ces phoques se retrouvèrent  prisonniers du lac Saimaa, système lacustre le plus vaste de Finlande et autrefois partie intégrante de la mer. Grâce à des mesures de protection, la population de phoques annelés est passée récemment à plus de 300 individus, même si elle reste encore gravement menacée.


D’autres spots à conseiller


Bientôt sur CoB :

  • Les phoques gris du Canada
  • Les phoques de Cape Town en Afrique du Sud
  • Les otaries des Galapagos
  • Les léopards des mers en Colombie Britannique


Bon à Savoir


Dans le monde, on comptabilise 18 espèces différentes de phoques. Le phoque commun, Phoca vitulina, est le plus répandu. Parmi les espèces susceptibles d’être rencontrées, citons :

Les Otariidés se divisent en deux sous-famillesArctocephalinae (otaries à fourrure) et Otariinae. On compte 14 espèces, qui se répartissent principalement dans les eaux australes et dans le Pacifique.


Les différences entre phoques et otaries


On associe souvent l’otarie et le phoque, en raison de leur corps fusiforme, de leurs yeux ronds et de leurs moustaches. Pourtant, ce sont bien deux familles de mammifères marins carnivores distinctes. Chacune a des caractéristiques morphologiques propres qui entraînent d’ailleurs une nage différente.

Pour différencier un phoque d’une otarie, l’oreille est un premier bon critère : le phoque ne possède pas de pavillon au niveau de l’oreille. En dehors de l’eau, le corps de l’otarie peut se redresser sur les nageoires antérieures longues et puissantes, au contraire du phoque. Tandis que l’otarie marche et bondit à quatre pattes sur terre, ce qui lui permet une certaine aisance et rapidité de mouvement, le phoque rampe. Les deux animaux ont également dans l’eau une façon différente de se déplacer ; bien sûr ils nagent, mais le phoque se propulse grâce à ses nageoires postérieures dans un mouvement équivalent à celui de la grenouille ou par un mouvement ondulatoire. A l’inverse, l’otarie se sert de ses grandes nageoires pectorales comme d’avirons et de ses nageoires postérieures comme de gouvernail.


Répartition géographique


Autre différence entre les deux espèces : la répartition géographique. On retrouve le phoque dans les eaux tempérées et subarctiques alors que l’otarie vit généralement près des mers australes et Pacifique, en dehors de l’otarie à fourrure, qui vit dans les zones arctiques et subarctiques.

Les phoques du Groenland, barbus et marbrés, se rencontrent sur la banquise de l’Arctique et les côtes avoisinantes. Les phoques moine, devenus très rares se trouvent en eau tempérée à chaude ; on les voyait évoluer dans le passé sur les côtes de la Méditerranée. Le phoque commun ou veau marin est présent dans toutes les mers entre grosso-modo 30° et 70° de latitude Nord, et on peut notamment l’apercevoir sur nos côtes ou dans la baie de Somme. La répartition géographique du phoque gris est sensiblement similaire mais se limite à l’Atlantique. En Bretagne, le phoque gris est le plus susceptible d’être rencontré.

Le Léopard de mer vit dans l’hémisphère austral, sur les côtes sud de l’Australie, de Nouvelle Zélande, le long des côtes de la Patagonie et de l’Antarctique tandis que le phoque à capuchon ne vit qu’au Groenland et les côte adjacentes du Canada.

Les Otaries de Californie sont visibles dans la mer de Cortez et dans le Pacifique. Les otaries à fourrure sont visibles sur la côte africaine, en Namibie et en Afrique du Sud, en raison des courants froids antarctiques. On trouve également des otaries sur les côtes écossaises, dans les îles Hébrides, notamment à Skye.


Sécurité & Comportement


Voici quelques conseils de sécurité, pour observer ces animaux en toute sécurité et en assurant leur quiétude.

  • Conserver une certaine distance de sécurité de plusieurs mètres face à des animaux sauvages
  • Ne pas forcer, poursuivre, acculer un animal dans un espace confiné ou sans sortie facile possible
  • Ne pas toucher l’animal, ne pas approcher ses mains de la bouche de l’animal
  • Rester à distance des adultes qui peuvent être territoriaux et très agressifs. L’otarie mâle adulte peut aboyer pour marquer son territoire et mordre.
  • Laisser les phoques à distance – environ 50 mètres – lorsqu’ils sont sur terre, pour ne pas les inquiéter et les déranger.
  • Ne nourrissez jamais un animal sauvage
  • Il est fréquent durant la période d’allaitement de quatre semaines qui suit la naissance, d’observer les chiots momentanément seuls sur la plage pendant que la femelle va s’alimenter au large. Les petits phoques peuvent « crier » après leur mère; ils sont alors confondus avec des animaux en difficulté. « Il faut éviter de tomber dans le cycle qui mène à l’abandon du jeune: la présence d’humains près du jeune effraie la mère, le phoque laissé à lui-même inquiète les riverains qui tentent de l’aider en le déplaçant ou en le repoussant à l’eau, ce qui réduit considérablement les chances que la femelle revienne » explique le vétérinaire Stéphane Lair du Centre québécois sur la santé des animaux sauvages.
  • Attention, en France, il est illégal d’importuner un mammifère marin.

Si vous constatez l’échouage d’un mammifère marin vivant :

  • Contactez la capitainerie du port ou les services d’urgence au 18 ou 112
  • Décrivez la situation : l’animal est-il mort ou vivant ; l’espèce de mammifère marin ou sa description si vous ne savez pas ou que le cadavre est dans un état de décomposition avancée ; le nombre d’individus échoué ; la localisation la plus précise possible, le mieux étant un point GPS sinon se situer avec la commune, le lieu-dit puis par rapport aux rues, axes, entrée de plages, distance par rapport à un point remarquable, etc…
  • Ne manipulez l’animal pour éviter de le blesser ;
  • N’oubliez pas qu’un animal sauvage en détresse va chercher à se défendre (morsures, coups, etc.) ;
  • Évitez les attroupements, l’agitation et le bruit qui stresseraient l’animal ;
  • Ne tentez pas une remise à l’eau sans l’aide de correspondants du réseau ;
  • Protégez l’animal des rayons du soleil grâce à un parasol ;
  • Pour les dauphins, protégez l’animal de la dessiccation (dessèchement) en le couvrant d’un linge mouillé en veillant à ne pas obstruer son évent qui lui permet de respirer ;
  • Creusez le sable sous l’animal pour faciliter sa respiration et éviter qu’il meure étouffé sous son propre poids.

Si malheureusement l’animal est mort :

  • Ne touchez et ne manipulez surtout pas l’animal, même s’il est en bon état, afin d’éviter tout risque de transmission de maladie ;
  • Alertez les autorités au 18 ou 112.


Informations Générales


Parmi les sites internet de référence, nous vous proposons :

Enregistrer

Enregistrer

Laissez un commentaire »

CommentLuv badge

CameraOnBoard.fr : 1000 idées d'aventures et de voyages autour du monde, en vidéos. L'oeil de l'action avec les moyens du bord.