Les différents types de bagages pour l’Aventure

4 062 vues Nico 27 décembre 2017 0
Les différents types de bagages pour l’Aventure

Les bagages ont connu récemment des évolutions sensibles, adaptation des mutations importantes qu’ont suivi les sacs à dos, durant ces dix dernières années. Les grandes familles de bagages dédiés à l’aventure se répartissent entre les valises sac à dos, les sacs à dos classiques, et les sacs à roulettes. Leurs poids ont été très sensiblement réduits pour répondre aux exigences réglementaires des compagnies aériennes, qui, de plus en plus souvent, limitent leurs offres à 20 kg par bagage et par personne ; ces exigences ont également fait évoluer le dimensionnement des bagages, aujourd’hui restreints à des dimensions intermédiaires.


Les sacs à roulettes


Le sac à roulettes est un sac très pratique pour déplacer des charges assez lourdes sans trop de fatigue, dans des milieux urbains ou aménagés, pour se rendre à pied d’un moyen de transport à un autre, comme par exemple d’un avion à une voiture ou à un train. Ils sont le plus souvent équipés d’une poignée télescopique pour en améliorer le confort, et dans certains cas, des bretelles amovibles ou escamotables, qui permettent de transporter le sac comme un sac à dos sur de courtes distances, comme des escaliers ou lorsque le terrain devient impraticable.


Les valises sacs à dos


La valise sac à dos est le modèle type du « routard » ; le sac se porte sur le dos à l’aide de bretelles confortables, avec un dos matelassé, des poignées de portage multiples et une éventuelle bandoulière. Les bretelles sont escamotables ou amovibles, et l’accès au contenu est facilité par une grande ouverture sur la plus grande longueur.


Les sacs à dos classiques


Le sac à dos classique est de forme tubulaire, équipée de bretelles, et accessible par le dessus. Ils possèdent de nombreuses poches, et il est particulièrement efficace pour les aventuriers se déplaçant avec leur paquetage, lors de trekking par exemple. Il existe dans de nombreux volumes et dimensions, permettant de trouver le sac adapter à chaque activité.


Les sacoches et pochettes


Les sacoches et pochettes sont des sacs accessoires de dimensions plus réduites, qui permettent de garder près de soi les biens indispensables au voyage et à valeur élevée (passeport, argent, électronique, appareil photo…).


Le volume du sac


Le volume du sac, normé, est exprimé en litres. Le choix du sac doit se faire en fonction du type d’expédition et de sa durée, qui nécessitera d’emporter plus ou moins de matériel avec soi :

  • les sacs à dos de capacité inférieure à 30 litres sont réservés aux expéditions à la journée. Pour emporter simplement avec soi une bouteille d’eau, des barres de céréale, un vêtement chaud et un coupe-vent, un sac de 10 litres à 20 litres convient parfaitement.
  • les sacs de 30 litres à 40 litres conviennent pour des expéditions de deux à trois jours, avec nuit en refuge (c’est-à-dire avec un « sac à viande », de la nourriture, un coupe vent, un vêtement chaud, une bouteille d’eau, des effets personnels et d’éventuels équipements)
  • les sacs de 40 litres à 60 litres sont adaptés à une expédition de deux ou trois jours en autonomie complète (c’est-à-dire avec tente, sac de couchage, ustensile de cuisine et nourriture)
  • les sacs de 50 litres à 80 litres répondent aux besoins d’une sortie de plus de trois jours à plusieurs semaines en autonomie, en fonction du matériel à porter. 
  • il existe des sacs à dos à capacité modulable, permettant d’ajouter du volume quand nécessaire, par un système de soufflet. Un sac de 60 litres avec extension de 10 litres peut être un bon compromis pour des expéditions longues, mais dont le contenu peut varier notablement.

Dans la majorité des marques, les sacs à dos possèdent l’indication de leur volume dans leur nom produit : par exemple le « Forclaz 60 » de Décathlon contient 60L.


Le confort de portage


1. Les deux critères fondamentaux : la hauteur de dos et la ceinture 

La hauteur de dos permet d’ajuster le sac à la morphologie du porteur et à optimiser le confort du portage.Un sac bien adapté permet de faire porter 60 à 70 % du poids du sac sur les hanches, et de ne pas trop solliciter les épaules. Le choix du bon sac à dos va donc dépendre principalement de deux critères essentiels : la taille de votre dos et la prise sur vos hanches.

  • Mesurez la longueur de votre dos : demander à un proche de mesurer  la hauteur de votre dos à l’aide d’un mètre de couturier entre la vertèbre dite C7 située entre les épaules et la taille, correspondant au creux entre les hanches. Vous obtenez la longueur de votre dos. Comparer dans les descriptions techniques du sac les tailles existantes pour trouver celle qui correspond le mieux à votre longueur de dos, et les possibilités de réglage pour l’adapter au mieux. Certains sacs possèdent un système de bretelles ajustables qui peuvent être repositionnées, à l’aide d’un scratch ou d’une échelle, pour les adapter au mieux à votre morphologie. Ce système très pratique peut néanmoins ajouter du poids au sac à vide. Veillez également à sa bonne tenue, pour éviter qu’il ne se dérègle durant la marche ou pendant des efforts dynamiques.
  • Vérifiez le placement et la qualité de la ceinture : desserrer toutes les sangles et ceintures, puis régler la hauteur de dos si le sac possède cette option ; la ceinture ventrale doit alors se trouver au-dessus de vos hanches, sur l’os iliaque, passer sous le nombril, sans trop comprimer le ventre et être suffisamment rembourrée pour être agréable au contact.

En magasin, chargez le sac avec 7 kg à 8 kg, avec l’aide du vendeur, et exécuter son réglage pour vérifier qu’il vous convient parfaitement. Un sac mal réglé ou un poids mal réparti vous donnera mal aux épaules.

f

Les sacs féminins sont conçus pour s’adapter à la morphologie féminine ; plus courts et plus étroits que les modèles homme, ils possèdent aussi des ceintures et des bretelles adaptées aux formes féminines.

2. Les sangles de rappels de charge

  • Les sangles de rappel de charge se situent aux niveaux des épaules. Les sangles de stabilisation se situent sur les côtés de la ceinture de hanche. Elles permettent de régler finement le partage de la charge entre les lombaires et les épaules, et trouver la juste position entre équilibre et confort (voir >le réglage du sac à dos).
  • La sangle de poitrine, qui relie les deux bretelles, permet d’améliorer la stabilité et le placement du sac sur vos épaules.
  • Leur présence est un réel avantage, qui devient incontournable pour des sacs de plus de 50 litres.

3. Le système de portage

Le système de portage est plus ou moins sophistiqué selon les sacs.

Pour des charges inférieures à 10 kilos, les sacs à dos avec armature intérieure doivent être privilégier, car ils apportent plus de confort et plus de stabilité. Les plus modernes utilisent des armatures flexibles qui assurent un bon report du poids sur les hanches, et qui accompagnent les mouvements du marcheur, lui prodiguant un bon équilibre.

Pour des charges supérieures à 12 ou 15 kilos, il vaut mieux opter pour des armatures extérieures.

4. La ventilation du dos

La ventilation du dos apporte un confort supplémentaire, en évitant que le contact avec le sac ne provoque la sudation du dos, en favorisant l’évacuation de l’humidité. Deux solutions techniques sont couramment proposées sur les sacs actuels :

  • les structures à relief, en mousse, qui créé un espace de vide entre le sac et le dos et permettent à l’air de circuler ;
  • les filets, tendus sur une armature externe au sac, offrant à la fois confort et aération.

5. Le poids du sac à vide

Le poids du sac à vide peut être un critère important si vous souhaitez voyager léger ou pour certaines activités (escalade, alpinisme…). Le poids dépendra de plusieurs facteurs, certains incontournables comme le système de portage, d’autres aménageables comme le nombre de poches et de zip, ou les accessoires.

Actuellement, il est possible de trouver sur le marché des sacs de 50 litres de poids dits ultralégers, c’est-à-dire de moins d’1 kg.

f


L’équipement du sac


1. L’accès au sac

Le système de chargement standard le plus répandu est le chargement par le haut. Sur certains modèles, la poche principale peut être partitionnée en deux compartiments, par un filet, la partie inférieure du sac étant rendu habilement accessible par un Zip situé en bas du sac à dos.

Il existe également des systèmes d’ouverture par fermeture Zip sur le côté ou sur le devant du sac. Ces dispositifs ajoutent du poids, des points de faiblesse, mais permettent d’accéder à l’ensemble du sac immédiatement, sans n’avoir rien à sortir.

2. Les poches

La tendance est à la disparition des poches sur les sacs les plus récents. Le type de poches, leur nombre et les facilités d’accès sont des facteurs importants :

  • Les poches élastiques : plaquées contre le sac quand elles sont vides, elles sont extensibles et permettent d’y placer une gourde ou une barre de céréales. Elles représentent un très bon compromis car n’alourdissent quasiment pas le sac.
  • Les poches de ceinture : disposées dans la ceinture lombaire, elles servent de poche d’appoint comme une « banane ».
  • Les poches à Zip sur le devant du sac : destinées à des accessoires ou équipements plus encombrants, elles s’ouvrent le plus souvent verticalement ou peuvent également exister sous forme de filet.
  • Les poches à Zip sur le dessus du sac ou le rabat : de petite taille, ces poches sont présentes sur la majorité des sacs et se caractérise par la simplicité de leur accès. Certaines se situent à l’intérieur du sac (pour y placer ses papiers d’identité par exemple)
  • Les poches à Zip sur les côtés du sac : elles peuvent être utiles mais ne doivent pas pénaliser par leur poids et devenir superflu par leur nombre. Elles sont très utiles pour y placer une gourde. Les modèles en filet extensible sont un bon compromis utilité/légèreté.

3. Les points d’attache

Pour fixer des bâtons ou un piolet, le sac doit être muni de boucles d’attache à l’extérieur du sac. Il est possible aussi de disposer de sangles latérales et supérieures permettant à la fois de comprimer le sac par serrage, mais aussi d’y glisser manteaux de pluie, vestes, bâtons de randonnée, sac de couchage et toile de tente, lorsque le sac est très chargé. Il est également possible de trouver des clips divers pour assurer une partie de ces fonctions.

4. Les compartiments à poche à eau

Certains sacs sont équipés d’un compartiment interne pour poche à eau, avec ouverture pour la pipette et clip pour y fixer le tuyau.

5. Les housses imperméables

La majorité des sacs ont leur intérieur traité par un revêtement waterproof, souvent en polyéthylène, mais qui s’avérera souvent insuffisant, l’eau s’infiltrant par les coutures et fermetures Zip. La meilleure solution est d’équiper votre sac d’une housse imperméable, très utile en cas de pluie ou d’atmosphère humide. Ces housses existent aussi en accessoires.


Les critères de base


Les dimensions : elles dépendent du matériel transporté et des exigences. Attention, les compagnies aériennes imposent des restrictions sur les dimensions des bagages soutes et des bagages cabines. Les dimensions doivent être compatibles avec la durée du voyage/

Le poids à vide : 1,25 kg à 2,5kg en moyenne pour les volumes intermédiaires, de 2,5kg à 4,5 kg pour les plus de 60L.

La qualité de la toile et sa robustesse : préférez des toiles type cordura®, Nylon enduit, polyamide, polyester. Pour un usage tout terrain, préférez du TPE laminé solide et étanche.

La qualité des roulettes, qui doivent ressembler à celles des rollers-on-line, en uréthane : lors de l’essai de roulage, elles doivent être silencieuses et n’opposer aucune résistance (le sac doit « rouler tout seul »). Elles doivent être équipées d’une protection trottoir. Evitez les roulettes sur pivot, qui rendent la trajectoire de la valise incontrôlable.

Le prix est de l’ordre de 90€ à 300€, avec un prix médian de 120€.

Le volume : optez pour des sacs de 40L à 160L, selon les usages.


Les accessoires incontournables


La présence de poches : intérieures et extérieures, il est également utile de disposer d’une poche à chaussures, d’un séparateur interne, sous forme de filet, permettant de partager l’espace intérieur.

L’existence d’une poignée télescopique : si cette poignée à tendance à alourdir le bagage à vide, elle est nécessaire pour le confort de la traction ; en effet, un sac équipé d’une simple poignée rend son usage difficile, le sac frottant et heurtant l’arrière des jambes en permanence. La poignée, rétractable, doit être résistante, s’ouvrir et se fermer sans forcer, et pouvoir se verrouiller en position ouverte ou fermée. Elle est souvent en tube d’aluminium. Notez que le matelassage du fond du sac de part et d’autre des barres télescopiques évitent de laisser des traces sur les vêtements rangés à plat sur le fond du sac.

Les accessoires de portage : vérifiez l’existence d’une bandoulière, amovible si il est prévu de prendre l’avion.


Les renforts et les protections


Le châssis et sa rigidité : un sac à châssis sera plus lourd mais protégera mieux vos effets lors du passage en soute et lors du contact direct avec le sol en position verticale. Il doit pouvoir rester debout tout seul, même vide pour plus de confort. Le châssis est en général en PVC ou en ABS injecté moulé

Les renforts : placés sur les coins et le fonds, ilsi évitent les dégradations lors du passage en soute.

L’existence de sangles de compression externes : elles permettent de rigidifier le sac et de le protéger lors du passage en soute, et de faciliter la fermeture du Zip lorsque le sac est très chargé


Les autres éléments de sélection


Les bretelles amovibles :  si elles existent, elles doivent pouvoir se ranger facilement dans une poche de rangement spécial si possible zippée, et ne pas dépasser, pour ne pas être endommagée lors du passage en soute. Elles doivent être rembourrées et adaptées ergonomiquement au corps humain. Elles peuvent être complétée par une ceinture de hanche et un support lombaire si il est prévu un portage à dos durable. La qualité des coutures, double, et sans fil décousu.

La sécurité : vérifiez la possibilité d’installer un cadenas sur les Zip externe.

L’existence d’une fenêtre d’identification : elle permet de marquer ses bagages, de les identifier rapidement, et de maximiser les chances de les retrouver en cas de perte dans un aéroport.


D’autres accessoires


Citons notamment les porte-bouteilles d’eau externe, les poches à linge sale, les housses antipluie escamotables, les porte-matériels dorsaux, les poches à PC matelassées.

Les possibilités de combinaison : certains sacs permettent de combiner un grand sac de voyage et un petit sac à dos à bretelles, qui vient se fixer sur le premier, facilitant un portage groupé des deux sacs réunis.

Laissez un commentaire »

CameraOnBoard.fr : 1000 idées d'aventures et de voyages autour du monde, en vidéos. L'oeil de l'action avec les moyens du bord.