#486 : Observer la colline de feu éternel de Zarathoustra à Atechgah

95 vues Nico 11 juillet 2018 0
#486 : Observer la colline de feu éternel de Zarathoustra à Atechgah

azIdée #486 – Découvrir le temple des Atechgah des Adorateurs du Feu en Azerbaïdjan


Le zoroastrisme est une religion monothéiste de l’Iran ancien. Elle est une réforme du mazdéisme, intervenue au Ier millénaire avant J.C. et tire son nom de son « prophète » ou fondateur Zarathoustra, dont le nom a été transcrit en Zoroastre par les Grecs (Ζωροάστρης, Zōroastrēs). Zoroastre prêchait un dualisme apparent, qui reposait sur le combat entre le Bien et le Mal, la Lumière et les Ténèbres. Le zoroastrisme a fait fonction de religion officielle de l’empire perse à trois reprises ; malgré l’arrivée de l’islam et les persécutions qui en découlèrent, il a réussi à se maintenir dans le patrimoine culturel iranien, azéris, afghan et d’Asie centrale.

Les zoroastriens, aussi appelés guèbres, respectent le feu comme symbole divin en tant que force purificatrice et symbole de vérité. Les Temples du Feu se composent généralement d’un bâtiment comprenant plusieurs petites salles, dont la salle la plus sacrée qui abrite le feu sacré. Différents rituels y sont célébrés et chantés.

Dans la péninsule d’Apsheron, près de Bakou, Atechgah (en azéri : Atəşgah, la « maison de feu ») subsiste un temple des adorateurs du feu en Azerbaïdjan. Fondé au XIIIe siècle et reconstruit aux XVIIe-XVIIIe siècles, il est associé à une flamme éternelle et naturelle, le Yanar Dag, qui brûle à proximité, due à un dégagement du gaz naturel. Le personnage du roman de Jules Verne, Klaudius Bombarnak, décrit Atechgah comme suit : J’aurais voulu visiter le fameux sanctuaire d’Atech-Gâh ; mais il est à vingt-deux verstes de la ville, et le temps m’eût manqué. Là brûle le feu éternel, entretenu depuis des centaines d’années par des prêtres parsis, venus de l’Inde, lesquels ne mangent jamais de nourriture animale. En d’autres pays, ces végétariens seraient simplement traités de légumistes ».

Du Yanar Dag ( Azerbaïdjanais : Yanar Dağ , qui signifie «montagne brûlante») émanent des gaz naturels à travers des évents, projetant des flammes jusqu’à 3 mètres de haut, au travers d’une couche de grès fine et poreuse qui sert de filtres et empêche le développement de volcans de boue. Cette étonnante concentration d’hydrocarbures imprègne le sol et les cours d’eau avoisinants. Ce phénomène reste extrêmement rare dans le monde et très concentré en Azerbaïdjan. Ces flammes ont été signalées par des auteurs historiques tels que Marco Polo. Un voyageur du XIXe siècle écrit ainsi : « Même la surface des cours d’eau près du feu Yanar Dag peut être allumée avec une allumette. Ces courants, qui semblent par ailleurs calmes, sont connus sous le nom de Yanar Bulaq: «sources brûlantes». Il existe plusieurs sources dans les environs de la rivière Vilascay, où les habitants prennent des bains curatifs« . Allez, on écoute parler Zarathoustra !



C’est où ?


Yanar Dag, Bakou, Azerbaïdjan

Laissez un commentaire »

CameraOnBoard.fr : 1000 idées d'aventures et de voyages autour du monde, en vidéos. L'oeil de l'action avec les moyens du bord.